Les chats en Grèce

chat en grece

Je ne dit pas ça parce que je suis d'origine grecque, mais la Grèce est un pays magnifique où il fait bon vivre, pour les hommes et...pour les chats !

Tout comme les  écureuils en Angleterre, les chats sont là bas partout, dans les tavernes, sur les quais d'embarquement des ferrys, dans les îles, sur les toîts, à côté des sites archéologiques ou allongés langoureusement au pieds des maisons blanchies à la chaux.

Ils vous regardent sans vergogne avec leurs yeux de merlan frit lorsque vous êtes attablé dans une taverne, et insistent pour glaner un petit morceau de poisson, ou de viande.

Les chats sont partout en Grèce, du nord au sud, de la frontière Macédonienne à Santorin, l'île la plus éloignée des Cyclades, dans les villes, dans les campagnes, et dans les villages.

Les chats sont totalement libres, et les gens sont habitués à voir les chats évoluer, ils font vraiment parti de la vie des Grecs.

Beaucoup de grecs ne font plus attention aux chats, mais beaucoup les nourrissent, les félidés se reproduisent vite et cela peut poser des problèmes s'ils ne sont pas stérilisés.

Pourquoi les chats sont ils partout ? c'est simple, les grecs les laissent aller et venir à leur guise, le climat aidant, il est plus simple aux chats d'évoluer dans la douceur d'un pays méditerranéen que dans le nord de l'Europe, où le chat préfère rester avec le poêle en ligne de mire.

Les grecs pensent que les chats doivent vivre en libérté et qu'ils ne doivent pas rester enfermé, bien sûr, le soir venu, les chats retrouvent leurs pénates, pour passer la nuit à l'abris, en ayant mangé et en compagnie de leur maître.

Mais le nombre élevé de chats s'explique aussi par le manque de moyens des autorités qui peinent à stériliser les chats errants ou à leur trouver un abri.

Sur l'île paradisiaque de Syros dans les Cyclades, une association s'occupe d'une cinquantaine de chats, la fondatrice, Joan Bowell et son compagnon cherchent à ce propos quelqu'un pour prendre soin de leurs cinquante cinq pensionnaires pendant six mois, l'offre a suscité des milliers de demandes (40 000 !), un tel travail semble évidement trés alléchant !

La crise en Grèce a durement touché les chats de plus en plus victimes d'abandon, au point que les associations sont débordées.

A Athènes, Cordelia Madden-Kanellopoulou s'occupe des chats errants de la ville, en les nourrissant tous les jours avec d'autres bénévoles. Son association "Nine Lives" alimente quelque 450 chats au coeur de la cité et procéde à des campagnes de stérilisation (environ 1500 par an).

Face aux frais engendrés pour un chat (nourriture, vétérinaire...), beaucoup de chats de race sont abandonnés, ils ne sont pas habitués à évoluer dans la ville, face aux chiens errants ou aux voitures, un Persan blanc ayant grandit en appartement ne survit pas deux jours livré à lui même.

Face à un taux de chômage de 25%, et une sévère recession, les gens n'adoptent plus, les chattes font des portées les unes après les autres, il y a des maladies liées à la consanguinité, les bêtes meurent de faim ou sont empoisonnées, triste constat.

La seule variété indigène de chat en Grèce est une race naturelle, qui ne s'est développée en tant que race formelle qu'au cours des 30 dernières années. La couleur de la fourrure varie beaucoup, les couleurs prédominantes étant le blanc, le gris et le beige. Apparement, les chats mâles ont très rarement que deux couleurs, donc les chats grecs multicolores sont presque toujours des femelles !

 

Les chats de Santorin.

Santorin est, à mon sens, la plus belle île des Cyclades, avec ses villages blancs à coupoles bleues pérchés au sommet des falaises, son panorama est à couper le souffle avec une vue sur la ville antique de Théra et d'Akrotiri où furent retrouvé des ruines minoennes.

Ancienne île volcanique, partiellement détruite vers la fin du XVIII ème siècle par l'effondrement de la caldeira, elle revêt alors sa physionomie actuelle.

Dans les années 60, une hypothèse est avancée selon laquelle la déstruction de l'île aurait inspiré à Platon son récit de l'Atlantide

Santorin abrite un nombre incroyable de chats errants, c'est un endroit paradisiaque, vous pouvez boire un verre d'Ouzo, manger du poisson frais dans une taverne, alors que le prêtre orthodoxe local discute avec ses ouailles pendant que les chats se frottent contre vos jambes à la recherche de caresses.

On dit que ces chats, pendant leurs sièstes, rêvaient de l'époque où ils étaient adorés par les anciens Egyptiens et n'avaient pas à compter sur la gentillesse des étrangers pour se nourrir.

Aujourd'hui les chats errants de Santorin sont nourris et soignés par les habitants de l'île et admirés par les touristes.

Il existe plusieurs associations caratatives pour s'occuper de la population de chats errants.

 

Le chat dans la Grèce antique.

Les chats étaient mal connus par les grecs avant le 1er siécle, pour chasser les rongeurs et protéger les récoltes de blé, ils utilisaient les belettes, les furets et les serpents (couleuvres),mais plus tard, les chats ayant prouvé leur talent de chasseur furent préférés, surtout qu'ils ne représentaient pas un danger pour la basse-cour.

Le chat fut pourtant déjà évoqué par l'historien et geographe grec, Hérodote  au Vème siècle avant J-C, qui parla de la haute estime que les Egyptiens nourrissaient pour les félidés, on peut voir sur une stèle datée du VIème siècle avant J-C, un chat confronté à un chien sous le regard de quatre personnages.

Malgré l'interdiction d'exporter des chats par les Egyptiens, il semble que certains marchands macédoniens et phéniciens réussirent a en importer quelques couples en contrebande jusqu'en grèce.

Le chat se démocratisa peu à peu pour devenir un animal de compagnie et un chasseur efficace contre les rongeurs.

 Il fut considéré comme un objet couteûx rapporté d'Egypte, le chat réussit finalement à se faire aimer, Esope, le poète et écrivain grec, l'associera à la beauté et à l'amour et par extension, à la forme féminine.

Sur un vase de la même époque, Aphrodite, amuse un chat avec un pauvre pigeon maintenu par une aile, on trouva également une reproduction picturale d'un vase et d'un bas-relief de la bataille de Marathon (Vème siècle avant J-C), sur lequel est figuré un chat en train d'affronter un chien.

Une fresque datée de 1500 avant J-C, fut retrouvée en Crète, avec la représentation d'un chat guettant des oiseaux dans un marécage.

Au Vème siècle avant J-C le chat est surtout considéré comme un objet de luxe et une curiosité pour leurs riches propriétaires. 

Les grecs appelaient d'abord "ailouros" ("qui remue la queue"), puis "Katoikidios"("domestique").

Le philosophe Plutarque parle du chat dans l'une de ses oeuvres ("Isis et Osiris") :

"le chat symbolise la lune, à cause du pelage tacheté, de l'activité nocturne et de la fécondité de cet animal : on dit qu'il met au monde d'abord un petit, puis deux, trois, quatre, cinq et qu'il en a ainsi un de plus chaque fois, jusqu'à sept, si bien qu'en tout, il mettrait au monde vingt-huit petits, autant qu'il y a de jours dans une lunaison. Cela n'est peut être qu'une fable : mais la pupille de l'oeil du chat semble bien s'arrondir et se dilater à la pleine lune, rétrécir et se contracter pendant le décours de cet astre."

 

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute securité
Livraison internationale
Livraison dans le monde entier
Livraison offerte dés 35€
Service client
A vos côtés 7j/7
Contactez- nous via notre formulaire
Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,