Les chats sacrés d'Egypte

Bastet

Le culte du chat était l'un des plus importants d'Egypte : la déesse Bastet était honorée à Busbastis, sa ville, qui fut même un temps la capitale de l'Egypte.

Le chat était vénéré dans l'Egypte antique, il était associé au symbole de protection, il était nommé "miou", dans les palais, les chats étaient élevés dans l'abondance, par tradition, quand le chat venaît à disparaite, leurs maîtres se rasaient les sourcils en signe de respect, et un deuil de 70 jours avait lieu le temps de sa momification.

Il est avéré que chaque temple possédait ses propres chats, un poste important de "gardien des chats" éxistait et était transmis de génération en génération. Le chat avait un statut particulier, tout comme les autres animaux sacrés, et maltraiter ou tuer un chat pouvait être passible de la peine de mort.

Les milliers de momies de chats retrouvés dans les cimetières montrent le grand intêret des Egyptiens antiques pour cet animal, au XIXeme siècle, les anglais en rapportèrent à peu près 300000 pour les réduire en poudre et en faire de l'engrais !

De nombreuses représentations permettent de mieux connaître la place du chat dans la société Egyptienne.

Selon les historiens, les traces les plus fiables de la domestication du chat remontent à 2500 av J-C dans des tombeaux de la Ve dynastie à Saqqara.

Dans ceux -ci, une effigie de chat portant un collier attesterait de sa domestication. Les chercheurs s'orientent actuellement vers la thèse de l'existence de foyers de domestication simultanés sur divers continents.

En revanche, le processus de domestication ne fait pas l'unanimité parmi les historiens. En effet deux thèses s'affrontent : le chat est-il venu de lui même à l'homme, ou les humains auraient-ils trouvé dans cet animal un potentiel qui méritait d'être exploité ?

Il est vraisemblable que le chat se soit approché des Egyptiens, attiré par les nombreux rongeurs présents à proximité des réserves de grain. Mais il est aussi plausible qu'un peuple comme les Egyptiens, qui vénérait de nombreux animaux et leur portait un grand intérêt, se soit, à un moment ou à un autre, penché sur cet animal relativement docile et sociable...

Le culte du chat 

Divinité androgyne, le chat a été vénéré par les Egyptiens sous les traits de deux divinités, l'une lunaire, l'autre solaire. Cette dualité était liée à la capacité du chat à voir de nuit comme de jour.

Bastet, la chatte sacrée, est une déesse bénéfique et amicale, qui incarne la chaleur qui féconde. Déesse lunaire, elle préside aux naissances, favorise les accouchements heureux et protège la famille.

La fécondité de la chatte et son comportement maternel sont sans doute à l'origine de ce culte. Le chat fut aussi associé à Râ, le dieu soleil, dont l'un des noms était le Grand Matou.

Le chat, grand chasseur de serpents, doit sans doute à cette capacité d'avoir été associé à . En effet, dans ce culte, des chats étaient représentés levant de grands couteaux contre des serpents, symbolisant ainsi le combat du jour qui se lève contre la nuit.

Plus tard, fut associé au dieu Amon : dans son temple, à Héliopolis, on élevait des chats sacrés. Toutefois, le chat ne fut pas toujours choyé et il paya un lourd tibut à son culte ; seize nécropoles de chats sacrifiés ont été dénombrées, dont la plus importante se situait dans le sanctuaire de Bastet.

Dans le vie quotidienne

De nombreuses représentations du chat prouvent, s'il en était besoin, qu'il était présent auprès de l'homme dans tous les moments de sa vie. Sur les parois des tombes thébaines, on peut voir des chats couchés sous le siège de leur maître, rongeant un os, ou mangeant un poisson.

D'autres scènes représentent le chat chassant avec son maître. L'animal allait débusquer les canards sauvages cachés dans les roseaux au bord du Nil. Son maître pouvait ensuite les abattre avec une sorte de boomerang.

Les trois espèces de chats de l'Egypte antique

Le chat sauvage, ou chat ganté, est le plus répandu, c'est une espèce endémique, il ressemble aux Abyssins actuels, pèse de trois à sept kilogrammes, il a un pelage foncé pour ceux qui habitent dans la forêt, plus clair pour ceux du désert.

De préférence nocturne, il chasse la nuit ou au crépuscule, se protégeant la journée de la chaleur dans les arbres ou les terriers.

Le chat des marécages, ou chaus, vivant dans les zones humides est plus grand que le chat sauvage mais plus court sur pattes, il pése entre 10 et 15 kg. Son museau est long et fin, des pinceaux noirs sur les oreilles et une queue annelée. Son pelage est brun ou rougeâtre avec des bandes noires sur les pattes arrières.

Le chat Serval, est originaire de Nubie, on le retrouve au sud du Sahara à l'Afrique australe, il préfère la nuit et vit dans le savane. Il posséde un corps élancé et de longues pattes, son pelage est brun fauve, tacheté et clair sous le corps. Il a de longues oreilles, de grands yeux et une petite tête. 

Le déclin du culte du chat

Les cultes païens furent officiellement interdits pas l'empereur Romain Théodose 1er lors de l'édit de Thessalonique le 27 février 380. Le chat en Egypte a donc vu un lent déclin progressif, son adoration dans les temples cessa.

Le recul des maladies, de la peste, dont il freinait la progression, ont fait que le chat n'a plus, depuis fort longtemps, l'importance qu'il eu en Egypte.

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute securité
Livraison internationale
Livraison dans le monde entier
Livraison offerte 
Service client
A vos côtés 7j/7
Contactez- nous via notre formulaire
Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,