Chateaubriand et le fantôme du chat de Combourg

chat de combourg

François-Auguste-René, Vicomte de Chateaubriand est l'un des plus illustre écrivain et homme politique Français.

En 1789 il assiste aux premiers soubressauts de la Révolution française, puis part en Amérique en 1791 dont il fera de nombreuses déscriptions dans les "Mémoires d'Outre- Tombe" (1848 ).

Il se marie avec Celeste Buisson De La Vigne en 1792, dont Victor Hugo a laissé un portrait peu flatteur : "c'était une personne maigre, sèche, noire, très marquée de petite vérole, laide, charitable sans être bonne, spirituelle sans être intelligente", ce ne fut pas vraiment un mariage d'amour, mais elle resta attachée à son époux malgré ses nombreuses absences et ses infidélités.

 Puis il  rentre en France où il publie "Atala" qui est en fait un éloge du christianisme à travers les péripéthies de Chactas (le fils adoptif d'un chrétien) sauvé par la vierge Atala, indienne à l'éducation chrétienne.

Il défend les sauvages (les Natchez, tribu d'Amérique du nord) dont les moeurs peuvent être adoucies grâce à la vraie foi chrétienne.

En 1802, il publie "Génie du christianisme", où il entreprend de défendre la sagesse et la beauté de la religion chrétienne, affectée par la philosophie des lumières, puis par la tourmente révolutionnaire. C'est à cette époque qu'il se ralie à Bonaparte.

Plusieurs fois ambassadeur, auprès de souverains divers, il est nommé ministre des affaires étrangères de 1822 à 1824 sous la restauration.

Bonaparte le choisit en 1803 pour accompagner le cardinal Fesch à Rome, puis est chargé d'affaire dans la république du Valais, après sa démission, il voyage en orient, il y compose "Les Martyrs" en 1809, dont le thème principal est d'appréhender le nouvel ordre social après la révolution de 1789.

Ce voyage lui inspire "L'itinéraire de Jerusalem à Paris" (1811).

Mais l'oeuvre monumentale de Chateaubriand réside dans les "Mémoires d'Outre-Tombe" il en donne une lecture publique chez Juliette Récamier, son amie, l'oeuvre est términée en 1841, soit trente deux ans après son commencement, puis parait à titre posthume dés 1849.

Les premiers livres des mémoires recréent son enfance et sa formation dans son milieu social de petite noblesse à Saint-malo et à Combourg, tandis que les livres suivant relèvent davantage du tableau historique des période dont il a été le témoin de 1789 à 1841.

C'est à la fois un chef-d'oeuvre autobiographique et un témoignage historique de premier plan dont la prose a beaucoup influencée la littérature française.

Charles De Gaulle à Colombey à l'heure du thé le 24 octobre 1947, parle de Chateaubriand en ces termes : "L'an dernier j'ai relu lentement les Mémoires-d'Outre-Tombe...c'est une oeuvre prodigieuse...il pose sur l'avenir un regard profond...En fait il avait presque tout vu...y compris les bolcheviks...et puis, je sens comme lui : essentiellement voyez- vous, Chateaubriand est un désespéré...mais jusque dans son désespoir il fait face, il se redresse de toute sa taille".

Chateaubriand meurt dans son appartement de la rue du Bac à Paris en 1848, quasiment ruiné, il est obligé de céder les droits des "Mémoires" qui paraîtront peu de temps après sa mort.(son souhait initial étant de les laisser à son épouse qui les auraient fait connaître ou supprimés à sa guise).

Le chat de Combourg

Chateaubriand aimait les chats, le pape Léon XII alors qu'il agonisait, lui aurait confié le sien, un chat gris roux du nom de Miccetto.

Mais cette affection animale trouve peut-être sa source dans un traumatisme lorqu'il était enfant.

Au château de Combourg, où il passa une grande partie de ses premières années, le jeune François-René aurait côtoyé un chat fantôme, que l'on peut encore croiser aujourd'hui !

Ce chat fantôme hante peut être de nos jours, comme à l'époque, la forteresse médiévale de Combourg.

Le château de Combourg situé entre Rennes et Saint- Malo est considéré en littérature française comme le "berceau du romantisme", le passage de Chateaubriand en ces lieux y est décrit dans les "Mémoires d' Outre-Tombe" comme teinté de morosité, mélancolie et apparitions fantomatiques.

Ce chat noir qui miaulait la nuit tristement était accompagné par le fantôme du Comte Malo Auguste De Coëtquen qui avait perdu la jambe droite à la guerre au cours de la bataille de Malplaquet (guerre de succession sous Louis XIV) en 1709 et mort en 1727, la rumeur disait qu'il hantait le château avec sa jambe de bois accompagné d'un chat noir.

Chateaubriand confia avoir été terrorisé par les bruits de ce drôle d'attelage claudiquer et miauler dans les escaliers.

Il l'évoque dans les" Mémoires d'Outre-Tombe" alors que l'animal mort ne fut découvert dans les murs du château qu'à la fin du XIXème siècle à la faveur de travaux de modernisation par son petit-neveu et dont Chateaubriand ignorait l'existance.

Ce pauvre félin était le fantôme d'un chat emmuré vivant, pratique médiévale atroce pour conjurer le malheur annoncé par ce suppôt de Satan.

Cette croyance absurde au Moyen-âge qui tendait à dire que les chats étaient une réincarnation du diable et auxilliaires des sorcières pour leurs basses besognes a justifié des pratiques cruelles et la quasi éradication des chats noirs.

Seule une tache blanche, appelée "doigt de dieu" pouvait sauver ces chats noirs, c'est certainement la raison pour laquelle il en subsiste encore aujourd'hui.

"Avant de me retirer, ma mère et ma soeur me faisaient regarder sous les lits, dans les cheminées, derrière les portes, visiter les escaliers, les passages et les corridors voisins...les gens étaient persuadés qu'un certain comte de Combourg, à jambe de bois, mort depuis trois siècles, apparaissait à certaines époques et qu'on l'avait rencontré dans le grand escalier de la tourelle." Et il ajoute avec précision : "sa jambe de bois se promenait aussi avec un chat noir."

Il est à croire que ni sa soeur ni sa mére ne devaient le rassurer puisque aussi terrorisées que lui.

Ces peurs enfantines hantaient l'oeuvre de Chateaubriand, mais elles forgèrent aussi sa passion pour les chats

Le petit cadavre a été momifié. La comtesse Sonia De La Tour Du Pin, la propriétaire actuelle du château, l'expose dans l'ancienne chambre de Chateaubriand dans la tour du chat.

La comtesse ne craint pas ses fantômes, et même si elle ne les a jamais "vu", elle peut "sentir" leur présence, sans sans inquiéter, les jugeant plutôt bienfaisants

La visite du château de Combourg est possible, elle est guidée, commentée et dure une heure, vous pourrez apercevoir la momie de ce pauvre chat qui a tant tourmenté le grand écrivain.

Labellisé "Maison des illustres" en 2011, le château de Combourg est inscrit au titre des monuments historiques depuis 1926.

Château de Combourg, 23 rue des Princes, 35270 Combourg.(Bretagne).

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle
Paiement sécurisé
Commandez en toute securité
Livraison internationale
Livraison dans le monde entier
Livraison offerte dés 35€
Service client
A vos côtés 7j/7
Contactez- nous via notre formulaire
Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,